Tag: 1837 (page 1 of 2)

Reportage Fête de la victoire

Saint-Denis-sur-Richelieu

Le 20 novembre 2016

Au mémorial Louis-Joseph Papineau : Guy Archambault, président SHRL, Xavier Barsalou-Duval, député au Bloc québécois et Anthony membre du C.A.

Au mémorial Louis-Joseph Papineau : Guy Archambault, président SHRL, Xavier Barsalou-Duval, député au Bloc québécois et Anthony Lacombe, membre du C.A.

Cérémonie hommage aux Patriotes à l'église.

Cérémonie et hommage aux Patriotes de 1837 à l’église de Saint-Denis.

Alexandre Belliard a interprété

Alexandre Belliard a interprété quelques textes de son album  « Légendes d’un peuple ».

Défilé entre l'église et le Parc des Patriotes

Défilé entre l’église et le Parc des Patriotes.

hommage-au-cimetiere-2016

Hommage aux Patriotes morts au combat en 1837.

frifre-et-tambour_2016

Cortège accompagné des frifres et tambours se rendant au cimetière.

Jean-Paul Perreault, patriote de l'année 2016.

Jean-Paul Perreault,  patriote de l’année 2016.

me-maxime-laporte_-ssjbm_2016

Hommage par Me Maxime Laporte, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Discours de Xavier Barsalou-Duval, député du Bloc québécois.

Discours de Xavier Barsalou-Duval, député du Bloc Québécois.

Crédit photo : Luc Charron
© Tous droits réservés

Fête de la Victoire des Patriotes

Saint-Denis-sur-Richelieu

Dimanche 20 novembre 2016

Mémorial Louis-Joseph Papineau. Photo : Luc Charron

Mémorial Louis-Joseph Papineau. Photo : Luc Charron

9 H 30   La Fête commence au Mémorial Louis-Joseph Papineau  (au quai de Saint-Denis). Hommage à ce grand homme qui a été, de 1815 à 1837, réélu comme « Premier Ministre » à Québec.

10 H    La fête se poursuit à l’église : on y entendra le TE DEUM, une énumération des batailles patriotes, deux chansons d’Alexandre Belliard, etc. Suivra une sortie au cimetière pour saluer les huit Patriotes du lieu tués à la bataille. (636, chemin des Patriotes, Saint-Denis-sur-Richelieu)

11 h 30 à 12 H 15    Le défilé se rend ensuite au Parc des Patriotes pour l’hommage civique par les municipalités.

13 H   La fête se poursuivra par le Banquet des patriotes d’aujourd’hui au Centre Albert-Cloutier de Saint-Ours. Réservation : 514 453-7884

Info : 450 787-9719 ou drg.archambault@bellnet.ca

 

Trois conférenciers brillants

Colloque SHRL 2016

La fédération canadienne

Mathieu Bock-Côté, Anne-Marie Sicotte et Patrick Péloquin. Photo : Luc Charron

Mathieu Bock-Côté, sociologue et chroniqueur, Anne-Marie Sicotte, écrivaine et historienne et Patrick Péloquin, enseignant en histoire et géographie.  Photo : Luc Charron

Le colloque sur la fédération canadienne, le 22 octobre, a été marqué par la clarté avec laquelle les trois experts invités ont livré leur message.  Les participants ont été surpris et même émus de voir que, sans se concerter, Mme Anne-Marie Sicotte, M. Patrick Péloquin et M. Mathieu Bock-Côté ont brossé un tableau très clair de la situation.

Ceux-ci ont démontré que la naissance de notre fédération en 1867 a été faussée : elle n’a pas tenu compte que le pacte se faisait réellement entre deux peuples fondateurs et non entre quatre colonies britanniques, qu’il oubliait les nations autochtones et … les Acadiens; que le partage des compétences proposé par George Étienne Cartier à Québec en 1864 a été modifié sous l’influence de John A MacDonald, de sorte que Londres a imposé par l’AANB une pseudo-fédération très centralisatrice. On va nous inviter à fêter ce gâchis en 2017!

Et voilà que maintenant le multiculturalisme, imaginé par Pierre-Elliot Trudeau en 1982, en rajoute et multiplie les situations aberrantes. Un participant a longuement expliqué comment cette idée de la multiplicité des cultures en un même pays est un non-sens.

Une des résolutions a donc pressé M. Bock-Côté de publier rapidement le recueil des nombreuses dénonciations de cette doctrine par des chefs d’État en Europe et ailleurs.

La journée s’est terminée par un hommage aux Patriotes qui se sont battus pour la reconnaissance nationale de notre peuple et sa liberté démocratique. La Société d’histoire des Riches-Lieux regrette que si peu de gens ont profité de cette rencontre éclairante.

Onil Perrier

Histoire inédite des Patriotes

Histoire inédite des Patriotes_Anne-Marie Sicotte

ANNE-MARIE SICOTTE

Un récit à la fois concis et étoffé narre l’odyssée d’une nation patriote rendue souveraine par la création d’un Parlement en 1791, mais placée sous tutelle lors de la mise en vigueur du Canada-Uni, en 1841. Plusieurs épisodes cruciaux, y compris les affrontements armés de Saint-Denis, de Saint-Charles et de Saint-Eustache, sont dévoilés dans leurs détails tragiques. Des illustrations d’artistes, tous contemporains de l’époque, composent l’essentiel du florilège visuel, lequel est enrichi de cartes géographiques, de manuscrits et d’autres documents d’archives. Au terme de la traversée, justice est finalement rendue à un peuple qui a été dépouillé de sa liberté d’expression, qui a dû endurer sans mot dire la censure et les mises à l’index.

Nombre de pages : 444
Paru le : 2016 / 05 / 11
Éditeur : Fides
Édition imprimée
Prix: 39,95 $ CAD
ISBN : 9782762138733
Pour consulter le site de l’auteure:  www.amsicotte.com

Journée nationale des Patriotes 2016

Patriote 2016À Saint-Denis-sur-Richelieu
Le lundi 23 mai 2016

LA FOIRE PATRIOTE

Venez rencontrer la Société d’histoire des Riches-Lieux qui participera à la Foire Patriote dans le cadre des festivités de la Journée nationale des Patriotes.

Vous y retrouverez l’ensemble de nos publications ainsi que notre dernier livre SAINT-DENIS SE FAIT BEAU.

Livre 275 Saint-Denis_couverture_web

Soyez nombreux à vous joindre à nous pour cette fierté qu’est la Journée nationale des Patriotes. Activité en continu avec la Maison nationale des Patriotes.

Dès 11 h, au Parc des Patriotes  à Saint-Denis-sur-Richelieu

Info : 450 787-9719 ou 450 787-3229

La maison de L.-H. La Fontaine, survivante au milieu des décombres

Le 15-18

Annie Desrochers

« C’est un des points forts de Montréal et quand on voit une ruine comme celle-ci, on a le cœur serré », se désole l’historien et journaliste Jean-François Nadeau. À deux pas du Centre Bell, en plein cœur d’un immense chantier de construction, se trouve une maison bien mal en point. Cette maison est celle de Louis-Hippolyte La Fontaine, un homme politique extrêmement important dans l’histoire de Montréal et du Québec.  

 

160503_l050i_le1518_hippolyte_lafontaine_sn635

La maison de Louis-Hippolyte La Fontaine,
située sur la rue Overdale à Montréal (gauche)
Louis-Hippolyte La Fontaine (droite)
Photo : Laurence Dompierre-Major/Archives Domaine public

http://bit.ly/1Od9Wx7

Fête de la victoire 2015

Le 22 novembre 2015

Les célébrations en photos

Onil Perrier à l'église de Saint-Denis pour l'hommage aux patriotes.

M. Onil Perrier à l’église de Saint-Denis pour l’hommage aux patriotes.
Photo : Luc Charron

m. Robin Philpot, patriote de l'année 2015

M. Robin Philpot, patriote de l’année 2015.
Photo : Luc Charron

M. Jean Huard en tête du défilé de la Fête de la victoire

M. Jean Huard en tête du défilé de la Fête de la victoire.
Photo : Luc Charron

Dîner du Rassemblement pour un pays souverain à Saint-Ours

Dîner du Rassemblement pour un pays souverain à Saint-Ours.
Photo : Luc Charron

M. Jean-Marc Labrèche, en vrai pèlerin, a marché de St-Denis à St-Ours pour se rendre au dîner des Patriotes.
Photo : Luc Charron

Fête de la victoire

Saint-Denis-sur-Richelieu

Publicité 22 novembre 2015

Hommage aux Patriotes

Réflexion sur le patriotisme

Le dimanche 22 novembre 2015
à l’église de Saint-Denis

10 h Accueil à l’entrée de l’église

10 h 20 Chant d’entrée SOUVENEZ-VOUS
(Raymond Lévesque)
• Défilé des porteurs de drapeaux et d’écussons
• Mot de bienvenue par le président de la SHRL
• TESTAMENT de CHEVALIER DE LORIMIER
• MINUTE DE SILENCE
• Proclamation des textes des écussons
• Chant : UN CANADIEN ERRANT (Gérin-Lajoie)
• Les RACINES du patriotisme, par Onil Perrier
• Le PATRIOTISME (François Sauvé)
• LA LIBERTÉ (Yves Beauchemin)
• Chant : GENS DU PAYS (B. Chayer, 250e, 1990)
• POURQUOI MON OUI en 1995 (Berthe Chayer)
• Chant : LIBERTÉ de Nabucco

11 h 30 Le cortège se dirige vers le parc des Patriotes
pour les discours et le dépôt floral.

Après l’hommage les gens peuvent se rendre au
MÉMORIAL Louis-Joseph Papineau ou visiter la
Maison nationale des Patriotes ou aller au banquet du
Rassemblement pour un Pays Souverain à Saint-Ours.
Info : 450 787-9719 ou 450 787-3229

Les 28 et 29 août 1937

Fête du centenaire de 1837

Jean-Maurice Huard défilé

Ces jours-là, 10 000 visiteurs se rendirent à Saint-Denis. Une longue parade de chars allégoriques, de fanfares, de cavaliers sur de beaux chevaux noirs, de voitures de l’époque, les descendants du seigneur de Saint-Denis, la Cie Delanauze venue pour tourner un film en 16 mm, etc. Ci-dessus, vous avez le petit album que mon père avait gardé, et deux des photos des nombreux chars : le char représentant la maison St-Germain, là où Bourdages, le franc tireur, ne ratait jamais son coup et l’autre représentant les patriotes plutôt tièdes se faisant convaincre par Duvernay. Mon père avait ramassé tous les vieux vêtements qui traînaient dans les greniers pour habiller les nombreux figurants. Ça sentait la boule à mites dans la maison!

Jean-Maurice Huard

Anecdote du tournage

Claude Lortie Source : Claude Lortie Tous droits réservés

Claude Lortie
Source : Claude Lortie
Tous droits réservés

St-Denis, dans le temps…

Claude Lortie, figurant dans le film St-Denis, dans le temps… de Marcel Carrière, tourné en 1967, nous raconte quelques anecdotes.

« Le tournage commençait tôt le matin. Nous devions courir dans le champ derrière l’école St-Denis, mais Marcel Carrière n’était jamais satisfait de notre performance. Il nous demandait de recommencer la scène des dizaines de fois pour enfin nous dire : “ Nous avons filmé seulement la dernière course pour être bien certain que vous étiez mort de fatigue.” »

Source : Cinémathèque Québecoise Tous droits réservés

Source : Cinémathèque Québecoise
Tous droits réservés

« En dépit du fait que tout cela n’était qu’une mise en scène, ce n’était pas sans ecchymose que se terminait la journée. »

    Lortie pouvait être soldat le matin, vêtu d’un habit rouge, et patriote l’après-midi, portant une étoffe du pays et faire feu sur l’un ou sur l’autre à cause du nombre réduit de figurants.

« Nous étions nourris de patates qui cuisaient dans une grande marmite en plein milieu du champ entre le village et la première concession. Le tournage s’est étendu sur quatre fins de semaine. Le noyau du tournage s’est déroulé dans le parc des Patriotes et dans la Maisons nationale des Patriotes. Tous les soldats britanniques ont du payer l’Union des artistes pour tourner dans ce film en tant que figurants. Des souvenirs inoubliables. »

Luc Charron

St-Denis, dans le temps…

St-Denis dans le temps (1)

St-Denis dans le temps (2)

Henri Phaneuf et Marie-Claire Nolin.

Restaurant chemin des Patriotes

Maison Roméo Lussier près du traversier.

 Projection spéciale du film :

St-Denis, dans le temps…

dans le cadre du 275e anniversaire de fondation

Notre histoire…

Venez voir les FAMILLES DIONYSIENNES qui ont participé au tournage de ce film en 1967. Vous retrouverez M. Henri Phaneuf dans un rôle secondaire.

Ce film historique reconstitue sans complaisance, en l’inscrivant en pleine actualité, la bataille de Saint-Denis, au Québec, une des rares victoires canadiennes-françaises d’une rébellion malheureuse contre les Anglais, qui ensanglanta le Canada au siècle dernier. Ce film rompt avec le temps et jette dans la mêlée, outre les combattants, l’idylle de deux jeunes Québécois typiques (Gilles, le pragmatique d’esprit bourgeois, et Marie-Claire, l’idéaliste révolutionnaire), une manifestation indépendantiste filmée sur le vif, au Québec en 1967, des témoignages et divers documents historiques.

Un film de Marcel Carrière qui interroge le passé pour éclairer le présent. (ONF)

Le vendredi 20 février 2015 à 19 h 30,
à la sacristie de l’église de Saint-Denis, 636, chemin des Patriotes.
Entrée libre
Pour info : 514 484-5107

Quatre mots d’anglais ?

La SHRL dans l’Oeil Régional

Source : L'Oeil Régional no 42, 3 décembre 2014

Source : L’Oeil Régional,
no 42, 3 décembre 2014

 

Célébrations du 23 novembre

Photo : Luc Charron

Photo : Luc Charron

La SHRL a accueilli à l’église plus de 200 personnes venues méditer et se souvenir des sacrifices des Patriotes de 1837-1838. Le TE DEUM a été joué à l’orgue par Ginette Bourgeois et le 3e couplet du chant du 250e anniversaire de Saint-Denis, composé par Berthe Chayer, a été interprété par Marc Lacroix de Saint-Antoine. Pour souligner le 200e anniversaire de naissance de George-Étienne Cartier, Gilles Rhéaume a présenté l’apport de Cartier à la cause des patriotes durant le début de sa vie politique. Le cortège s’est ensuite déplacé vers le parc au son des fifres et tambours.

Pierre Curzi, Patriotes de l'année.  Photo : Luc Charron

Pierre Curzi, Patriote de l’année.
Photo : Luc Charron

Maxime Laporte, président de la Société St-Jean-Baptiste de Montréal a nommé le patriote de l’année : Pierre Curzi. Maxime Laporte nous a assuré également de son appui pour installer une nouvelle plaque, similaire aux 2 premières, au même endroit sur le monument. Simon Jolin-Barette, député de Borduas à l’Assemblée nationale, a salué la contribution des patriotes à l’avènement de la démocratie et a réitéré l’importance de la conserver.

Photo : Luc Charron

Photo : Luc Charron

Une couronne de fleurs a été déposée suivi d’ une minute de silence. Les fifres et tambours ont interprété La Liberté a une histoire de Raymond Lévesque suivi d’un tir de mousquet fort réussi.

La fête a continué à Saint-Ours par un dîner organisé par le Rassemblement pour un pays souverain. L’assistance y était nombreuse et l’atmosphère était propice aux retrouvailles entre souverainistes. Des orateurs chevronnés dont  Marcel Tessier, Gilles Rhéaume, Mario Beaulieu et Bernard Landry sont venus réchauffer les cœurs et les esprits. Comme par les années passées, cette journée à la mémoire des Patriotes fut un succès.

Guy Archambault
Président de la SHRL

Quand je serai parti…

Image de prévisualisation YouTube

 

« Quand je serai parti, vous vivrez encore » est un film Québécois sorti en 1999. Réalisé par Michel Brault, ce drame historique comportant une part de fiction est un récit de la Rébellion des Patriotes de 1837 et 1838 qui tenta de faire du Bas-Canada, maintenant le Québec, une république indépendante.

En 1838, François-Xavier Bouchard revient au Bas-Canada après un bref exil aux États-Unis pour poursuivre la lutte des patriotes canadiens-français contre les autorités britanniques. Mais Bouchard est capturé par les Anglais en compagnie de Chevalier De Lorimier, puis est jugé par un tribunal militaire expéditif qui le condamne à mort. Après avoir assisté, horrifié, à l’exécution de douze de ses camarades, commence l’agonie de Bouchard et des rebelles survivants : l’attente angoissante de leur propre exécution.

Older posts