Category: Vidéo

Vieux Marché 2011, vidéo

Les 30 ans du Vieux Marché de Saint-Denis-sur-Richelieu

Image de prévisualisation YouTube

André Ti-bonhomme Richer

Le pont de Trois-Rivières

Image de prévisualisation YouTube

Guerre 1914-1918

Guerre 14-18

Je vous invite à visionner les cinq vidéos sur un autre pan de notre histoire, la guerre de 1914-1918. Vous y entendrez aussi des témoignages des plus touchants de proches des vétérans.
http://ici.radio-canada.ca/special/guerre_14-18/serie.shtml

Quand je serai parti…

Image de prévisualisation YouTube

 

« Quand je serai parti, vous vivrez encore » est un film Québécois sorti en 1999. Réalisé par Michel Brault, ce drame historique comportant une part de fiction est un récit de la Rébellion des Patriotes de 1837 et 1838 qui tenta de faire du Bas-Canada, maintenant le Québec, une république indépendante.

En 1838, François-Xavier Bouchard revient au Bas-Canada après un bref exil aux États-Unis pour poursuivre la lutte des patriotes canadiens-français contre les autorités britanniques. Mais Bouchard est capturé par les Anglais en compagnie de Chevalier De Lorimier, puis est jugé par un tribunal militaire expéditif qui le condamne à mort. Après avoir assisté, horrifié, à l’exécution de douze de ses camarades, commence l’agonie de Bouchard et des rebelles survivants : l’attente angoissante de leur propre exécution.

École de rang vivante (2 de 2)

Image de prévisualisation YouTube

 

La Coopérative de solidarité des écoles de rang vivantes, située à St-Denis-sur-Richelieu, est présentement entrain de se former.

Cette vidéo d’une durée de 17 minutes montre clairement les projets à venir du site historique. Ils ont besoin plus que jamais de l’appui de la population et de l’aide des gouvernements pour bâtir une institution solide et instructive.
Bon visionnement.

Réalisation: Kaméléon Productions
Mise en ligne le 3 févr. 2010 sur Youtube

École de rang vivante (1 de 2)

Image de prévisualisation YouTube

La Coopérative de solidarité des écoles de rang vivantes, située à St-Denis-sur-Richelieu, est présentement entrain de se former.

Cette vidéo d’une durée de 17 minutes montre clairement les projets à venir du site historique. Ils ont besoin plus que jamais de l’appui de la population et de l’aide des gouvernements pour bâtir une institution solide et instructive.
Bon visionnement.

Réalisation: Kaméléon Productions
Mise en ligne le 3 févr. 2010 sur Youtube

Métiers d’antan

Image de prévisualisation YouTube

Espaces mémoires des Richelois

Mme Gabrielle Vigeant Bousquet de Saint-Denis-sur-Richelieu

Projet Mémoires vives en collaboration avec la Société d’histoire des Riches-Lieux.
Réalisation : Micheline Fournier
Vice-Présidente pour Saint-Charles

Les rébellions patriotes de 1837-1838

Image de prévisualisation YouTube

 

Dans le cadre de l’émission Mémoires de Proulx, Gilles Laporte aborde essentiellement trois questions : les trois questions abordées ici : la langue de la correspondance de Louis-Joseph Papineau, le déroulement des pendaisons au tournant de 1839 et le destin qu’ont connu les chefs patriotes après leur échec.

Mise en ligne le 21 janv. 2011 sur Youtube

Le 23 octobre 1837 — L’Assemblée des Six Comtés : du Parti patriote à la rebellion

Image de prévisualisation YouTube

Le 10 février 1763 — Le traité de Paris : La France peut être heureuse sans Québec

Conférencier : Gilles Laporte, historien

Résumé de la conférence :

Née en 1791, la démocratie québécoise est l’une des plus anciennes du monde. Elle ne fut pourtant jamais durablement acquise et les députés canadiens durent constamment ruser afin d’assurer le droit du peuple à se gouverner lui-même. Ressort alors la figure emblématique de Louis-Joseph Papineau qui orchestre, entre 1815 et 1837, une véritable guérilla parlementaire incluant le recours à des pétitions, au boycottage et même à la grève parlementaire. Les adversaires des patriotes avaient en revanche progressivement renoncé à la joute électorale et étaient prêts à en découdre sur le plan militaire.

L’Assemblée des six comtés représente donc un point tournant : quand un parti politique entreprend de se muer en machine de guerre, puisque « le temps des discours est passé… c’est du plomb qu’il faut envoyer à nos ennemis. » La rébellion qui suivra sera surtout prétexte à une terrible répression menée par l’armée et l’appareil judiciaire et qui explique par la suite un siècle de cléricalisme et de démission des élites.

Plus d’information :

http://www.fondationlionelgroulx.org/…

Les Patriotes de 1837-38 au Bas-Canada – Pt 1- Prélude aux rébellions

Image de prévisualisation YouTube

 

Ce vidéo présente les circonstances et évènements ayant conduit aux rébellions patriotes de 1837. Les vidéos sont tirés des vidéos «Canada, une histoire populaire» de la SRC. D’autres vidéos suivront pour la suite.

Mise en ligne le 11 oct. 2011 sur Youtube

Image de prévisualisation YouTube

Histoire du Québec 16 – Les Rébellions de 1837-1838

Réalisé par Gilles Carle (1928-2009)

La Rébellion des Patriotes, Rébellion du Bas-Canada, ou tout simplement Rébellions de 1837-38 sont trois noms donnés au conflit militaire de 1837-1838 dans la colonie britannique du Bas-Canada (aujourd’hui le Québec). Elle est l’aboutissement d’un conflit politique qui existait depuis le début du XIXe siècle entre la population francophone civile et l’occupant militaire britannique. Simultanée avec la Rébellion du Haut-Canada, dans la colonie voisine du Haut-Canada, les deux constituèrent les Rébellions de 1837-1838.

La rébellion de 1837-1838 dans le Bas-Canada a été beaucoup plus violente que celle dans le Haut-Canada. Au cours du printemps et de l’été 1837, les chefs réformistes, dont le principal était Louis-Joseph Papineau, chef du Parti Patriote, ont tiré parti des tensions politiques de longue date pour mettre sur pied une large force rebelle. La situation était tellement tendue qu’en Octobre 1837 toutes les troupes Britanniques régulières ont été retirées du Haut-Canada et transférées dans le Bas-Canada. Les troupes rebelles ne faisaient pas le poids devant l’importante force militaire coloniale, sous la direction du Général John Colborne, complétée par un grand nombre de miliciens orangistes loyaux venant du Haut-Canada. Les Patriotes rebelles firent face aux troupes et aux milices loyalistes à trois occasions : à Saint-Denis, à Saint-Charles et à Saint-Eustache. La loi martiale fut déclarée et de nombreux Patriotes, ont dû s’enfuir aux États-Unis. Des centaines ont été arrêtés, plusieurs ont été déportés en Australie, d’autres furent pendus à la prison au Pied-du-Courant à Montréal.

Image de prévisualisation YouTube

Saint-Denis près des Grands-Bois

Chanson « Mon Chapeau de Paille »

Paroles: Abbé Gadbois autres interprètes: Eugène Daignault (1928), Conrad Gauthier (1930)
Tiré du générique du long métrage « St-Denis dans le temps », réalisé par Marcel Carrière. Tournage 1968. Production ONF. Film sorti en 1970 au Cinéma Rivoli, rue St-Denis, à Montréal, Qc.

Extrait d’une vidéo sur Saint-Denis. Nous reconnaissons des personnages mystérieux du village.
LC